Varicocele et embolisation: remède naturel pour guérir la varicocèle sans chirurgie

Varicocèle et embolisation

Comment guerir de la varicocèle avec les plantes?
D’abord, la varicocèle n’est pas une fatalité dont le seul moyen de s’en sortir est une opération. L’utilisation de plantes naturelles permet de guérir définitivement de la varicocèle en évitant l’opération chirurgicale. Le remède naturel pour guérir de la varicocèle que nous vous proposons est entièrement fait à base de plantes. C’est un remède naturel qui soigne la varicocèle avec succès en renforçant les valves ou valvules situés dans les veines des cordons spermatiques. Donc les veines deviennent dès lors toniques et tenaces pour faciliter la montée dynamique du sang le long des veines. Cela pour rejoindre les veines les plus importantes comme la veine rénale gauche et la veine cave inférieure. Alors, il a prouvé son efficacité avec des dizaines de cas résolus. Associé a une alimentation adapté, il permet de soigner la varicocèle assez facilement. Donc, il s’agit du meilleur remède naturel pour guérir de la varicocèle et éviter l’opération.
Pour découvrir notre remède naturel contre la varicocèle,

Si vous souffrez de la varicocèle cliquez ici

Les experts d’AFRIQUE SANTE mettent à la disposition de leurs patients un traitement à base de plante très efficace pour guérir définitivement de la varicocèle
Contacter nos experts :
Tel/whatsapp : +33644661758     +22990312738


À retenir
•    Une
varicocèle est une dilation des veines situées dans le scrotum.
•    L’embolisation d’une varicocèle est une intervention qui permet de bloquer les veines dilatées du scrotum afin de détourner le flux sanguin vers d’autres veines.
•    L'intervention est réalisée grâce au guidage par l'image.
•    L’embolisation d’une varicocèle comporte normalement peu de risques.
•    La plupart des enfants retournent à la maison le jour même de l’embolisation.

Le jour de l’embolisation
Rendez-vous à l’hôpital deux heures avant l’heure prévue de l’intervention. Après son admission, le personnel infirmier revêt votre enfant d’une blouse d’hôpital, le pèse et évalue son état de santé. Vous pourrez parler au radiologiste d’
intervention et à l’anesthésiste. Celui-ci administre les médicaments qui mettront votre enfant à l’aise.
Durant le traitement, on vous demande d’attendre dans la salle d’attente de la chirurgie.
Votre enfant prendra des
médicaments antidouleur
On administre des médicaments aux enfants pour des soins qui peuvent être effrayants,
inconfortables ou douloureux. Pour l’embolisation d’une varicocèle, on administre une anesthésie générale et un anesthésique local à la plupart des enfants pour qu'ils soient à l'aise. Le type d'anesthésique donné à votre enfant dépendra de son état de santé.
Déroulement de l’
embolisation d’une varicocèle
Le radiologiste d’intervention fait une petite incision (0,5 cm) dans la peau et insère un
petit tube de plastique, appelé un cathéter, dans une veine de l’aine ou du cou. Le radiologiste introduit dans le cathéter une substance qui bloque la varicocèle et qui détourne le sang vers d’autres veines. Quand le vaisseau sanguin est bloqué, il retire le cathéter et presse sur l’incision dans l’aine ou le cou pour arrêter le saignement. Pas besoin de points de suture.
L'intervention dure normalement deux heures.
Soins de suivi

 

Suivi
Votre enfant aura un rendez-vous de suivi avec son
urologue. Après six mois, on lui fera une échographie, et il se rendra à la clinique pour une consultation de suivi avec le radiologiste d’intervention.
Pour en savoir plus sur les soins à donner à votre enfant après une embolisation, lire Embolisation d’une varicocèle : soignez votre enfant à la maison après l’intervention.
Se préparer à l’intervention
Consultation avec le radiologiste avant
l’embolisation
Votre enfant consultera le radiologiste d’intervention pour une
pré-évaluation. Lors du rendez-vous à la clinique, il faut s’attendre :
•    à une évaluation de l’état de santé de votre enfant. On veut établir qu’on peut lui administrer sans danger une sédation ou une anesthésie générale et procéder à l’intervention;
•    à une explication du déroulement de l’opération et à une revue du formulaire de consentement par un radiologiste d’intervention;
•    au besoin, à des prises de sang.

Accorder son consentement
Avant de procéder, le radiologiste explique le déroulement et la raison-d'être de l'intervention et il expose ses bienfaits et les risques qui y sont associés. Il énonce les mesures prévues pour réduire ces risques et il vous aide à mettre en balance les bienfaits et les risques. Il importe de comprendre tous les risques et les bienfaits possibles de l
’embolisation. Assurez-vous d’obtenir des réponses à toutes vos questions. En signant le formulaire de consentement, vous acceptez l’intervention. C'est le parent ou le tuteur légal qui doit signer le formulaire à la place d'un jeune enfant. Sans votre consentement, l'intervention ne peut avoir lieu.
Pour préparer
votre enfant
Avant qu'on lui donne des soins, il importe de parler à votre enfant de ce qui va se passer. Utilisez des mots qu'il peut comprendre. Dites-lui qu’il recevra des
médicaments qui le mettront à l’aise pendant l’intervention.
Les enfants sont moins anxieux et ont moins peur quand ils savent ce qui les attend. Les enfants sont aussi moins inquiets quand leurs parents sont calmes et démontrent leur soutien.
Si votre enfant tombe malade dans les deux jours précédant le traitement
Il est important que votre enfant soit en bonne santé le jour du traitement. S’il se sent mal ou a une fièvre dans les deux jours qui le précèdent, prévenez votre médecin. Il se peut que l'intervention doive être reportée.
Manger, boire et prendre des médicaments
•    L'estomac de votre enfant (en anglais) doit être vide avant une sédation ou une
anesthésie générale.
•    Si votre enfant a des besoins particuliers
pendant le jeûne, adressez-vous à votre médecin.
    Votre enfant peut prendre ses médicaments habituels du matin avec une gorgée d’eau deux heures avant l’intervention.
•    
Les médicaments tels que l’AAS (Acide acétylsalicylique), le naproxen, l’ibuprofène, le warfarine, ou l’énoxaparine augmentent le risque de saignement. Ne pas administrer ces médicaments à votre enfant avant l’intervention sans l’autorisation de son médecin et du radiologiste d’intervention.
Risques de l’intervention
Risques associés à
l’embolisation d’une varicocèle
L’embolisation présente normalement peu de risques. Les risques peuvent augmenter selon le trouble dont souffre l’enfant, son âge et son état de santé.
Voici certaines complications possibles :

•    douleur
•    infection;
•    saignement, ecchymoses dans l’aine et sur le cou
•    enflure des testicules
•    atrophie testiculaire (réduction de la taille des testicules)
•    lésion à un vaisseau ou à un nerf
•    sang dans l’urine

Les experts d’AFRIQUE SANTE mettent à la disposition de leurs patients un traitement à base de plante très efficace pour guérir définitivement de la varicocèle
Contacter nos experts :
Tel/whatsapp : +33644661758

 

tisane pour soigner la varicocèle embolisation varicocèle prix opération varicocèle et grossesse opération varicocèle et fertilité traitement varicocèle par embolisation varicocèle traitement par les plantes guérir varicocèle naturellement varicocèle huiles essentielles nouveau médicament pour varicocèle varicocèle traitement non chirurgical

Ajouter un commentaire