Médecine alternative et complémentaire dans le traitement de l'épilepsie

On estime qu'aujourd'hui, jusqu'à 80% de la population mondiale utilise la médecine allopathique ou la médecine moderne pour traiter leurs maladies. Cependant, une partie importante de ces personnes (jusqu'à deux tiers) utilisent occasionnellement des produits naturels tels que les plantes et les traitements traditionnels considérés comme alternatifs (acupuncture, chiropratique, homéopathie, entre autres).

Cette utilisation de traitements traditionnels alternatifs est encore plus marquée dans les pays sous-développés tels que les pays d'Amérique latine, d'Afrique et en particulier chez les personnes atteintes de maladies chroniques telles que l'épilepsie. Cela est dû en grande partie à l'insatisfaction à l'égard des traitements médicaux ou au manque d'accès à ceux-ci, que ce soit en raison de limitations économiques, de l'ignorance ou de la superstition concernant l'épilepsie, en raison de l'influence des charlatans et parfois également en raison de faibles niveaux d'éducation.

 

Quelle est la meilleure solution de la médecine traditionnelle pour traiter l'epilepsie?
Apres 25 ans de recherches approfondies, les expert Dawabio ont découverts les meilleures plantes naturelles pour guérir l’épilepsie. Ce remède naturel est actif dans toutes les crises d’épilepsies. Ainsi, il convient aux enfants comme aux adultes. La médecine moderne propose des médicaments contre l’épilepsie. Malheureusement, ces médicaments entraînent souvent de nombreux effets secondaires désastreux et ne sont pas toujours efficaces. Ils inhibent les crises, mais ne sont pas curatifs. Faites-nous confiance ! Notre traitement naturel est le secret pour empêcher les crises d’épilepsie par les plantes.

La tisane est faite de plantes dont les principes actifs vous aiderons à empêcher ou à espacer vos crises. Premièrement, ce remède naturel bloque l’influx électrique dans le cerveau en diminuant les réactions des neurones qui provoquent les crises. Deuxièmement, Elle a une propriété sur des récepteurs du cerveau qui amplifie l’action contre les crises d’épilepsie.
Pour finir, la tisane permet également d’éliminer l’anxiété et le stress chez l’épileptique. Quand on sait que le stress est, dans beaucoup de cas, un élément déclencheur des crises d’épilepsie, cela rassure tout de suite.
Pour découvrir notre remède naturel pour guérir l’épilepsiecliquez ici

Telephone/whatsapp: 0022990312738 ou +33644661758

 

Medecine traditionnelle et épilepsie

Beaucoup preferent utiliser les medicaments de la médecine moderne pour traiter l'epilepsie car la majorité des crises d'épilepsie peuvent être contrôlées par la prise de médicaments anti-épileptiques. Cependant, nous ne devons pas ignorer que la médecine moderne a ses origines dans les médecines traditionnelles profondément enracinées dans certaines cultures telles que l'Ayurveda en Inde, l'acupuncture en Chine et le Kampo au Japon. En Europe, ces médicaments sont connus comme complémentaires et non pas comme des "alternatives", car ils sont souvent utilisés en complément de la médecine allopathique. Aussi parfois les crises évoluent pour devenir résistantes aux médicaments de la medecine moderne

Il est courant pour les gens de penser, bien que par erreur, que les traitements naturels et les médicaments appelés alternatives sont plus sûrs que les traitements allopathiques et qu'ils n'ont pas d'effets secondaires. Malheureusement, certains des traitements alternatifs sont frauduleux et inefficaces, en plus d'avoir le potentiel de provoquer des complications chez le patient.

Il peut y avoir quatre circonstances avec les traitements. Premièrement, ils peuvent être inoffensifs pour ne pas avoir de substances dangereuses, pour ne pas impliquer de pratiques à risque ou pour ne pas avoir d'interactions connues avec des médicaments antiépileptiques. Deuxièmement, certaines pratiques et substances peuvent être risquées car elles ont des effets secondaires ou des interactions indésirables, même certaines plantes entrent dans cette catégorie.

Troisièmement, certaines substances ou pratiques peuvent être utiles dans la lutte contre les crises, mais en complément de la santé générale, et non comme traitement antiépileptique. Par exemple, certains patients chez qui les crises sont déclenchées lorsqu'ils sont soumis à une forte tension seraient utiles d'utiliser des techniques de yoga pour soulager le stress, un autre exemple est certaines vitamines et minéraux qui empêchent certains effets secondaires ou complications des médicaments antiépileptiques.

Quatrièmement, son effet peut être inconnu.

Si une personne souffre d'épilepsie, elle doit savoir que les traitements médicamenteux et non médicamenteux tels que la chirurgie et autres, utilisés aujourd'hui comme stimulation vagale, sont basés sur des études scientifiques. Ces études comparent les effets de ces traitements sur de grands groupes de patients et confirment leur utilité ou non.

À ce jour, à l'exception de la chirurgie de l'épilepsie, aucun traitement médical ou traditionnel n'a montré qu'il pouvait guérir l'épilepsie, bien que l'utilisation de certains traitements traditionnels et complémentaires réduise le nombre de crises et améliore par conséquent la qualité de vie des  personnes affectées.

Les données disponibles sur l'efficacité des traitements alternatifs et complémentaires dans l'épilepsie sont examinées ci-dessous. Certains d'entre eux peuvent être utilisés au profit des patients souffrant de crises, mais ces traitements ne sont pas une option définitive car ils ne contrôlent pas ou ne guérissent pas les crises.

 

Plantes médicinales

C'est la méthode thérapeutique la plus ancienne connue. Les premiers hommes ont traité leurs maux avec des plantes et des herbes auxquelles ils ont attribué des propriétés médicinales. Ils sont présents dans toutes les médecines traditionnelles et, en fait, 35% des médicaments que nous consommons dans le monde ont des principes actifs d'origine naturelle.

On estime qu'il existe environ un demi-million d'espèces de plantes sur terre, ce qui en fait une source inépuisable de recherches au profit de l'humanité. Cependant, il n'y a toujours aucune preuve scientifique d'études humaines qui indique que les herbes peuvent contrôler ou guérir l'épilepsie.

Selon Tyagi et Delanti, l'effet d'environ 35 plantes utilisées dans différentes cultures pour le traitement de l'épilepsie a été étudié chez des animaux de laboratoire. Trente d'entre eux doivent encore être étudiés pour vérifier s'ils ont un effet anticonvulsivant et cinq d'entre eux étaient plus capables de provoquer des crises.

Certaines herbes semblent augmenter l'effet du GABA, une substance qui inhibe l'activité cérébrale et les crises d'épilepsie, mais devrait encore être étudiée.

La médecine japonaise Kampo, qui comprend des combinaisons de plantes, est étudiée avec un grand intérêt, car ses propriétés antiépileptiques sont en cours d'évaluation. Nous ne savons pas si cela conduira à la création de nouveaux médicaments avec des doses spécifiques d'ingrédients actifs de ces plantes. Un inconvénient est que dans un usage domestique, les herbes sont utilisées en quantités empiriques. Par exemple, la même quantité en milligrammes d'une herbe peut avoir une concentration d'ingrédient actif différente d'une autre quantité similaire.

Il est important de faire attention car certaines plantes interagissent avec les médicaments antiépileptiques. Ainsi, quelques exemples de ces plantes sont: la menthe; augmenter les niveaux de carbamazépine et de phénytoïne, d'eucalyptus; réduit l'effet du phénobarbital et du jus de raisin; Peut augmenter les niveaux de carbamazépine. L'utilisation d'huiles animales peut interférer avec l'absorption de certains médicaments, ils ne sont donc pas recommandés.

Selon des études de laboratoire, certaines plantes et herbes comme la racine de COHOSH noire ( Cimifuga racemosa ), la yohimbine ( Pausinystalia johimbe ), l'extrait de guarana ( Paullinia cupana ), le Ginkgo biloba , le kava kava ( Piper mysticum ) ont été associées à la provocation des crises chez l'homme. Les plantes très populaires telles que la camomille (C hamaemelum nobile ) et l'ail n'ont aucun effet antiépileptique prouvé et affectent l'élimination des médicaments par le foie. Comme les noms populaires varient d'un pays à l'autre, nous nous limiterons à ces exemples.

 

Médecine orientale (herbes et acupuncture)

La médecine traditionnelle chinoise et japonaise est basée sur l'utilisation des herbes et de l'acupuncture.

Dans la Chine d'aujourd'hui , la médecine traditionnelle est utilisée comme complément aux médicaments anticonvulsivants traditionnels (qui doivent être compris ici avec les médicaments traditionnels) , dans l'espoir de réduire leurs effets secondaires.

Certaines études expérimentales ont tenté de démontrer les effets de l'acupuncture sur les décharges épileptiformes du cerveau, provoquées chez les animaux de laboratoire par l'application topique de pénicilline dans le cortex cérébral. En fait, la suppression du stimulus électrique a été observée avec l'application d'aiguilles cutanées.

Une autre étude également menée sur des animaux de laboratoire a montré que les charges épileptiques étaient bloquées par l'acupuncture, probablement en raison d'une diminution de la teneur en encéphaline dans l'hippocampe.

Il est possible que l'acupuncture ait des effets antiépileptiques en augmentant la disponibilité des neurotransmetteurs tels que GABA, Glycine et Taurine ainsi qu'en diminuant les niveaux de neurotransmetteurs excitateurs tels que l'aspartate et le glutamate, qui a un effet inhibiteur sur les décharges neuronales dans le système nerveux central. 

 

Ayurveda

C'est le plus ancien des médicaments organisés existant aujourd'hui, puisque ses origines remontent à l'Inde vers 5000 ans a. C. Dans la langue sanscrite, l'Ayurveda signifie «science de la vie» et est basé sur le concept philosophique de maintenir par la méditation transcendantale et l'utilisation des herbes, l'équilibre «Dosha» qui représente les forces de la nature. L'épilepsie est l'une des maladies considérées comme traitables par les adeptes de ces thérapies. Le bacopa est utilisé en médecine ayurvédique (la médecine traditionnelle de l'Inde). Durant les années 1960, des chercheurs ayant mené des essais ouverts sur quelques dizaines de sujets rapportaient qu'un extrait de bacopa pouvait contribuer à diminuer la fréquence des crises d'épilepsie chez certains patients.

Yoga

Il a également ses racines en Inde et son objectif est de développer l'union parfaite entre l'esprit, le corps et l'esprit grâce au contrôle de la respiration et à la méditation. Oui, certains effets sur le niveau des états de conscience, la gestion du stress et les fonctions autonomes ont été démontrés, mais aucune étude ne montre d'effet thérapeutique dans les maladies neurologiques et plus spécifiquement dans le cas de l'épilepsie. Cependant, le soulagement du stress peut aider les personnes chez qui le stress est un effet précipitant des crises d'épilepsie. Mais Aucune preuve probante ne permet de corroborer la pratique du yoga comme traitement pour contrôler l'épilepsie.

 

Méditation, relaxation, respiration profonde, biofeedback, massage, aromathérapie

Les méthodes de méditation et de relaxation visent à mieux contrôler la physiologie de notre corps et favorisent la guérison des maux qui nous affligent. Certaines pratiques qui incluent la méditation ont été analysées par des études d'électroencéphalographie, démontrant des changements dans les ondes alpha du clignement d'un œil, différents de ceux observés dans l'hypnose. En diminuant les états de tension émotionnelle et physique, il y aurait un impact bénéfique sur la santé générale des gens. La méditation pourrait influencer l'activité électrique du cortex cérébral mais son effet sur les crises d'épilepsie n'a pas été prouvé.

La respiration profonde consiste à inspirer lentement et profondément par le nez avec la bouche fermée comptant jusqu'à 10. Puis elle expire lentement en comptant jusqu'à 10 jusqu'à ce que l'air soit complètement éliminé. Pour détendre l'esprit pendant ce type d'exercice, la personne se concentre sur la respiration et le comptage. Cet exercice peut être répété 5 à 10 fois et plusieurs fois par jour si vous le souhaitez.

 

Homéopathie

En 1789, Samuel Hahnemann, d'Allemagne, a promulgué le principe que "le semblable guérit le mal". En d'autres termes, il décrit comment un grand nombre de substances, de métaux et de plantes peuvent provoquer des symptômes similaires à ceux présents dans les maladies et l'utilisation de très petites dilutions extrêmes de ces mêmes substances éliminerait les symptômes et, éventuellement, la maladie sous-jacente. Les métabolites actifs dans ce type de dilutions n'ont pas encore été identifiés, c'est pourquoi seules les théories spéculatives basées sur la physique quantique tentent d'expliquer l'effet physiologique possible de ces substances. Des études récentes contrôlées avec un placebo et comparées à la médecine allopathique n'ont pas démontré d'effet thérapeutique significatif de l'homéopathie, ce qui était évident avec la médecine conventionnelle.

Cependant, le traitement homéopathique pourra être choisi en première intention : dans le cas d'une première crise, chez l'enfant, selon le diagnostic de l'origine de l'épilepsie.

 

Magnétothérapie

Dans l'Égypte ancienne ainsi qu'en Grèce, des roches magnétisées contenant du fer étaient utilisées pour traiter les patients. En Europe au XVIIIe siècle, Franz Mesmer a publié des traitements avec cette méthode et la recherche s'est poursuivie au cours des deux siècles suivants avec la mesure des champs électromagnétiques et la stimulation magnétique du cerveau. Les effets possibles de l'énergie électromagnétique pulsatile sur l'équilibre des champs énergétiques et le métabolisme cellulaire des patients atteints de maladies neurologiques telles que l'épilepsie ont été étudiés. Cependant, il n'y a pas d'études comparatives avec de grands groupes de patients.

 

Vitamines et autres suppléments

De nombreux suppléments qui sont couramment vendus comprennent des vitamines, des minéraux, des acides aminés, des enzymes, des extraits d'animaux, des huiles et d'autres substances de valeur nutritionnelle douteuse et certains dangereux. Par exemple, les produits contenant de l'éphédrine, de la pseudoéphédrine, de la phénylpropranolamine, de l'aspartame, de la saccharine, de la théophylline et des stimulants cérébraux peuvent être associés à des crises d'épilepsie, en particulier à fortes doses et pendant de longues périodes. Cependant, certaines vitamines et minéraux sont importants comme complément chez les personnes sous traitement pour les convulsions.

L'acide folique empêche certains effets sur le sang (v. Gr. Anémie) chez les personnes utilisant de la phénytoïne et de la carbamazépine. L'acide folique est également important dans la prévention des anomalies du système nerveux chez les nourrissons des femmes prenant des antiépileptiques, il doit donc être utilisé idéalement avant la conception. De même, l'apport en calcium et en vitamine D peut être bénéfique dans la prévention de l'ostéoporose associée aux médicaments antiépileptiques traditionnels. La vitamine K peut être indiquée avant l'accouchement aux femmes enceintes qui prennent de la phénytoïne pour prévenir les saignements chez le nouveau-né. Il convient également de rappeler qu'il existe un type d'épilepsie très spécifique chez les enfants qui répond au traitement par la vitamine B6 (pyridoxine), mais ce type d'épilepsie est très rare et ne se produit pas chez l'adulte.

À titre d'avertissement, les mégavitamines (vitamines à haute dose) comportent un risque d'intoxication et d'effets indésirables. Par exemple, bien que la vitamine A soit importante pour la rétine (nécessitant une quantité minimale par le biais d'un régime alimentaire ou de suppléments), des doses excessives peuvent provoquer une pression intracrânienne élevée avec de graves maux de tête et des problèmes visuels dus à la compression des nerfs optiques.

Régime

Il est courant que dans certaines communautés, on pense que l'allergie ou l'intolérance à certains aliments provoque des crises d'épilepsie, puis recourt à des interdictions alimentaires et à des régimes spéciaux. Comme pour la plupart des gens, une alimentation équilibrée est la plus recommandée pour la santé générale des personnes atteintes d'épilepsie. Cependant, il existe un type de régime appelé cétogène qui peut être utile dans certaines épilepsies infantiles sévères telles que le syndrome de Dravet. Ce régime est riche en matières grasses et pauvre en protéines et son principal problème reste la conformité à long terme.

Les personnes atteintes d'épilepsie devraient connaître leur maladie et discuter de leurs préoccupations avec leur médecin. En outre, les médecins devraient donner un traitement holistique ou complet de l'épilepsie, en tenant compte des facteurs personnels, des habitudes nutritionnelles des patients. Certaines personnes atteintes d'épilepsie déclarent se sentir mieux avec l'utilisation de certains traitements ou pratiques traditionnels qui, s'ils ne sont pas risqués et ne compromettent pas leur économie, pourraient continuer sous surveillance médicale.

En aucun cas, le patient ne doit interrompre les médicaments antiépileptiques pour les remplacer par des traitements inefficaces ou risqués, une situation qui reste préoccupante même dans les pays développés.

 

épilepsie traitement naturel soigner l'épilepsie par l'acupuncture soigner l'épilepsie par homéopathie prière pour guérir l'épilepsie comment soigner l'épilepsie naturellement soigner l'épilepsie par les plantes

Ajouter un commentaire