Polypes utérins: chirurgie et traitement naturel

Les polypes utérins sont généralement bénins et parfois asymptomatiques, mais peuvent provoquer des saignements anormaux ou une infertilité. Il est donc pratique de les retirer s'ils provoquent des symptômes ou s'il existe un risque de malignité.

Une fois le polype utérin diagnostiqué, le traitement de choix est chirurgical, soit par curetage, soit par grattage utérin, soit, mieux encore, par résection hystéroscopique, ce qui permet de retirer le polype de manière plus contrôlée. L'hystérectomie (ablation de l'utérus entier) peut être une alternative chez les femmes en périménopause lorsque l' analyse microscopique des polypes suggère que le risque d' une tumeur maligne. La polypectomie (ablation des polypes) est indiqué avant toute polype endometrial symptomatique. L’objectif de cette procédure est double: d’une part, il élimine ou atténue les symptômes et, de l’autre, il permet d’obtenir un échantillon du tissu pour l’analyser, les polypes utérins symptomatiques présentant un risque plus élevé d’être malin.

 

Comment faire disparaître les polypes utérins naturellement?
Voici le meilleure remède naturel au monde pour faire disparaître les polypes utérins. Ce traitement naturel est la solution miracle pour guérir définitivement des polypes utérins et éviter l’opération grâce aux plantes. Comment sa marche?
Le remède naturel est composé de plusieurs plantes qui empêchent l’action de la progestérone sur l’endomètre (muqueuse de l’utérus) et conservent les taux d’œstrogène dans les limites normales. Parce-qu’un grand taux d’œstrogènes favorise l’apparition et la formation de polypes, l’action de la tisane entraînera rapidement un rétrécissement des polypes et réduira vos douleurs. Ce remède naturel est le secret pour guérir naturellement des polypes utérins. Les saignements menstruels abondants cessent rapidement.
Pour découvrir notre remède naturel contre les polypes utérinscliquez ici
Pour découvrir notre remède naturel pour tomber enceinte rapidement, cliquez ici

Schématiquement, l'attitude à suivre lors de la détection d'un polype de l'endomètre est la suivante, bien qu'il soit nécessaire d'identifier dans chaque cas:

  • Femmes non ménopausées :
    • Symptomatique: polypectomie (retrait du polype).
    • Asymptomatique: bien que les polypes ne provoquent pas de symptômes, leur élimination est nécessaire dans certaines circonstances, telles que les polypes de plus de 1,5 cm de diamètre, les polypes multiples, les polypes qui descendent au col utérin et l' infertilité , car ils sont considérés comme augmentant le risque d'évolution vers la malignité.
  • Femmes ménopausées : en cas de symptômes ou non, il est recommandé de retirer tous les polypes de l'endomètre de ce groupe de femmes, car leur risque de cancer est élevé.
  • Femmes traitées au tamoxifène : la gestion de ces patientes étant très complexe, il est donc important de traiter chaque cas individuellement
  • D'après des études scientifiques récentes, il est recommandé d'étudier tous les patients prenant du tamoxifène et présentant des symptômes par hystéroscopie et biopsie de l'endomètre. Si la femme est asymptomatique, elle doit se soumettre à un contrôle annuel avec une échographie transvaginale, mais si un épaississement de l'endomètre est observé, il est conseillé d'effectuer une hystérosonographie et d'éviter une hystéroscopie chirurgicale. L'échographie transvaginale chez les femmes prenant du tamoxifène n'est pas particulièrement fiable, en raison de l'apparition de nombreux faux positifs (le test détermine que la femme a la maladie alors qu'elle ne l'a pas vraiment). Si, après ce test, la suspicion de pathologie de l'endomètre persiste, il serait nécessaire de procéder à une hystéroscopie avec échantillonnage, en décidant de la prise en charge la plus appropriée en fonction des résultats.S'il existe un risque de malignité, il est conseillé d'arrêter le traitement par tamoxifène et, le cas échéant, d'interroger le patient sur la possibilité d'une hystérectomie.

Les causes des polypes utérins

Bien que de nombreux mécanismes moléculaires aient été proposés pour expliquer le développement de polypes endométriaux (hormonaux, génétiques, etc.), la cause spécifique qui les produit n'est pas bien connue. Cependant, un certain nombre de facteurs peuvent augmenter le risque de développer des polypes utérins:

  • Œstrogènes : des taux élevés de ces hormones sexuelles féminines dans le sang augmentent le risque de développer des polypes de l'endomètre. Les œstrogènes sont principalement produits par les ovaires et, dans une moindre mesure, par les glandes surrénales. Pendant la grossesse, le placenta a également la capacité de les synthétiser.
  • Tamoxifène : est un médicament d’efficacité prouvée, utilisé dans le traitement du cancer du sein. Entre 2 et 36% des femmes ménopausées traitées avec ce médicament peuvent développer des polypes utérins.
  • Traitements hormonaux chez les femmes ménopausées 
  • Age : à un âge avancé, risque plus élevé.
  • Obésité et hypertension artérielle: bien que certains auteurs considèrent qu’ils sont des facteurs de risque pour le développement de polypes utérins, les dernières études semblent conclure que, pris isolément, ils ne peuvent être considérés comme des facteurs de risque pour leur apparence.
  • Certaines maladies peu communes, telles que le syndrome de Lynch ou le syndrome de Cowden , sont associées à un risque accru de développer des polypes de l'endomètre.

Prévention des polypes utérins

Il est très difficile d’établir des mesures préventives contre l’apparition de polypes utérins, car on ne sait pas quelles en sont les causes. Les seules mesures préventives disponibles seraient d'éviter autant que possible les facteurs de risque décrits ci-dessus, qui augmentent la probabilité de développer des polypes de l'endomètre. Cependant, à de nombreuses reprises ( traitement hormonal substitutif, traitement au tamoxifène), ne sont pas possible car les risques de ces substances dépassent les avantages, il est donc essentiel que la femme effectue des examens périodiques avec son gynécologue pour le détecter rapidement. 

 

 

 

Ajouter un commentaire