épilepsie et sport: remède naturel pour guérir de l’épilepsie

Qu’est-ce que l’épilepsie ?
Le nom épilepsie tire son origine d’un mot grec qui signifie « être saisi ». L’épilepsie est une maladie neurologique qui peut prendre plusieurs formes et survenir par des crises. Une crise convulsive est un symptôme : elle découle du fait qu’un ou plusieurs groupes de neurones, ou parfois la totalité du cerveau, présentent des décharges électriques paroxystiques synchrones liées à une hyperexcitabilité.
Les crises d’épilepsie ont des manifestations très différentes qui varient en fonction de la localisation de la décharge électrique, mais aussi du caractère très localisé ou diffus de cette décharge. Quasiment imprévisible, l’épilepsie peut être un vrai handicap social et professionnel. L’épilepsie apparaît souvent dans l’enfance ou l’adolescence et un électroencéphalogramme et une imagerie du cerveau permettent de confirmer la maladie et de la prendre en charge. Elle est la maladie neurologique la plus courante après la migraine. Elle est plus fréquente au cours de l’enfance et après l’âge de 60 ans.
 
 
Que faire si je souffre d’épilepsie?
Apres 25 ans de recherches approfondies, les expert Dawabio ont découverts les meilleures plantes naturelles pour guérir l’épilepsie. Ce remède naturel est actif dans toutes les crises d’épilepsies. Ainsi, il convient aux enfants comme aux adultes. La médecine moderne propose des médicaments contre l’épilepsie. Malheureusement, ces médicaments entraînent souvent de nombreux effets secondaires désastreux et ne sont pas toujours efficaces. Ils inhibent les crises, mais ne sont pas curatifs. Faites-nous confiance ! Notre traitement naturel est le secret pour empêcher les crises d’épilepsie par les plantes.
Pour découvrir notre remède naturel pour guérir l’épilepsiecliquez ici


 
 
Peut ont faire du sport quand on est épileptique?
Oui, vous pouvez faire du sport même si vous souffrez d’épilepsie. Beaucoup d’enfants épileptiques ne pratiquent pas de sport car leurs parents pensent que des activités physiques ne sont pas conseillées, c’est une grave erreur. Cependant, comme pour le travail, vous devez prendre certaines précautions.
L’épilepsie représente un handicap lourd avec des conséquences sociales non négligeables alors que la moitié des patients sont des enfants(épilepsie infantile) et que la crise peut être unique, non pérenne, sous forme d’une absence ou au contraire généralisée et répétitive. Le traitement permet souvent de contrôler la maladie et de permettre la pratique d’activités physiques ou sportives
Les personnes atteintes d’épilepsie sont souvent exclues de participer à des sports, principalement en raison de la peur, la surprotection et l’ignorance au sujet des avantages et des risques spécifiques associés à ces activités.
 
L’exercice physique et la participation active dans le sport peuvent apporter une évolution favorable de la maladie. Nous avons divisés les sport en trois catégories en fonction du risque potentiel :
-Categorie A : Le sport sans risque supplémentaire
-Categorie B: les sports à risque modéré
-Categorie C: le sport avec risque majeur.
Les facteurs à prendre en considération au moment de conseiller si un enfant souffrant de l’épilepsie peut participer à des activités spécifiques, comprennent le type de sport, la probabilité d’une crise survenant, le type et la gravité des crises, et l’attitude de la personne à accepter un certain niveau de risque.
 
Catégorie A
-Athlétisme sauf saut à la perche
-Judo, lutte
-Sports collectifs
-Golf
-Sports de raquette dont tennis, tennis de table ,squash
-Cardio training
-Danse
 
Catégorie B
-Tir à l’arc
-Ski alpin et nautique
-Canoé, Kayak
-Boxe, Karaté
-Escrime
-Gymnastique
-Cyclisme
-Hockey
-Patinage
-Natation
 
Catégorie C
-Escalade
-Plongeon
-Courses hippiques
-Sports mécaniques
-Parachutisme
-Saut à ski
-Voile en solitaire
-Surf
-Planche à voile
 
Le choix d’une activité physique doit donc être pesé avec le conseil du médecin traitant. Il faut être plus vigilant dans certaines circonstances :
-Crises récentes ou répétées ;
-Anomalies à l’ EEG (électro-encéphalogramme) après une période sans problème ;
-Instauration récente d’un traitement ;
-Changement de traitement en cours ;
-Fatigue, efforts épuisants.
Vous pouvez pratiquer la majorité des sports, en se méfiant tout de même des plus violents : sports de combat, boxe, par exemple. Les sports d’équipe sont vivement recommandés, ainsi que l’athlétisme et la gymnastique. Les sports nautiques doivent se pratiquer avec un gilet de sauvetage et en groupe.
 
Sport solitaire
Il doit rendre très prudent pour un certain nombre de sports :
-Natation en piscine il faut être “visible” d’une personne informée (moniteur, ami) ;
-Natation en mer : attention, danger. Le gilet de sauvetage est indispensable ;
-Plongée sous-marine : totalement déconseillée ;
-Randonnée, spéléologie, alpinisme. La pratique en groupe de ces sports est quasiment obligatoire.
 
Quels sont les précautions à prendre ?
Les consignes de sécurité sont évidemment les mêmes pour tous : qu’il soit atteint d’épilepsie ou non, le sportif futé porte un casque pour faire du vélo ou du ski et il s’encorde pour la varappe. Les tapis matelassés amortissent les chutes quand on fait de la gymnastique aux agrès, le gilet de sauvetage est incontournable dans les bateaux et à la pêche. De nombreux sports s’exercent de toute façon sous surveillance. Bien informés, les entraîneurs, les professeurs et les collègues réagissent avec sang-froid face à une crise épileptique. C’est pourquoi les adultes concernés et chez les enfants leurs parents ont intérêt à parler très ouvertement de leur situation. Il n’est pas recommandé aux personnes atteintes d’épilepsie de partir seules à la montagne, de faire de la plongée sous-marine, du parachutage.
-Ne pas interrompre ou ralentir un traitement. Ceci est surtout valable pour les enfants, qui doivent être surveillés lorsqu’ils sont en collectivités de vacances ;
-Avoir toujours sa réserve de médicaments ;
-Signaler la maladie sur une fiche conservée en poche, surtout s’il y a déplacement loin de chez soi.
De façon générale, il faut encourager les patients épileptiques à cultiver leur corps par l’exercice physique. C’est un excellent moyen de lutter contre le repli sur soi et la crainte de la maladie.

 

epilepsie et pratique sportive epilepsie contre indication sport traitement epilepsie et sport

Ajouter un commentaire