Adénomyose et impact sur la fertilité: remède naturel

Qu’est ce que l’adénomyose?
L’adénomyose utérine ou endométriose interne est une affection gynécologique, de la famille de l’endométriose, qui touche le muscle de l’utérus appelé myomètre. Lorsque de la muqueuse utérine se développe sur le myomètre, on est en présence de la pathologie. Celle-ci touche le plus souvent les femmes âgées de 40 à 50 ans et qui ont déjà eu un ou plusieurs enfants. La maladie peut être asymptomatique ou responsable de lourdeurs au niveau du l’abdomen. Elle peut aussi entraîner une perturbation du cycle menstruel de la patiente avec des saignements importants pendant ou en dehors des règles. Une échographie permet le dépistage et le diagnostic de cette pathologie.
L’adénomyose est une affection utérine pouvant affecter la fertilité et la grossesse. Si vous envisagez une grossesse ou êtes enceinte, vous pouvez vous demander si cette maladie pourrait vous affecter ou affecter votre bébé. Lisez la suite pour en savoir plus sur l’adénomyose et les complications de la grossesse.
 
Comment guérir de l’adénomyose avec les plantes?
Si vous souffrez d’adénomyose, et que vous souhaitez évitez l’opération, vous êtes au bon endroit. Voici un remède naturel très efficace pour guérir définitivement de l’adénomyose. Il est spécialement pensé pour les patientes qui n’ont pas envie d’avoir recours à la chirurgie, qui veulent tomber enceinte et vivre une grossesse normale. Ce traitement naturel a base de plantes pour soigner l’adénomyose supprimera les douleurs que vous ressentez lors des règles et de vous permettra de vivre des cycles normaux. Il surpasse les traitements conventionnels qui soulagent la douleur, mais ne s’attaquent pas à la racine du mal. Comment sa marche?
Notre tisane contient des plantes qui réduise le taux œstrogènes dans le sang. Cela permet de bloquer la prolifération et le saignement des lésions d’adénomyose. Ces plantes médicinales sont riches en antioxydant qui inhibent les enzymes qui mènent aux prostaglandines pro-inflammatoires. Ce sont des nutriments à forte dose anti-inflammatoire. Cela mettra définitivement fin aux douleurs que vous ressentez lors des règles. Nous savons que beaucoup d’entre vous se sont fait traités ou opérés d’adénomyose, mais que la douleur est revenue des années plus tard. Pas de panique mesdames! Avec nous, pas de récidive, ni d’effets secondaires. Vous allez guérir définitivement de l’adénomyose.
Pour découvrir notre remède naturel contre l’adénomyose, cliquez ici
Pour découvrir notre remède naturel pour éviter les fausse couchescliquez ici


 
Quels sont les symptômes de l’adénomyose?
Les symptômes de l’adénomyose peuvent varier d’une femme à l’autre. Certaines femmes ne présentent aucun symptôme, alors que d’autres ne ressentent qu’un léger inconfort.
D’autres femmes peuvent éprouver des symptômes beaucoup plus graves. Ceux-ci peuvent inclure des saignements abondants et prolongés pendant la menstruation. Vous pourriez également avoir de graves douleur pendant vos règles dans la région pelvienne. Certaines femmes souffrent de douleurs pelviennes chroniques.
Si vous avez une adénomyose, votre utérus peut atteindre deux à trois fois sa taille normale. Cela pourrait provoquer des symptômes tels qu’une pression pelvienne ou une sensibilité au bas ventre.
 
Comment diagnostiquer l’adénomyose?
L’adénomyose peut être difficile à diagnostiquer par les médecins. De nombreuses autres affections utérines provoquent des symptômes similaires. Votre médecin doit effectuer divers tests pour vous diagnostiquer une adénomyose.
Les règles abondantes, les crampes douloureuses et d’autres symptômes peuvent être associés à de nombreuses affections utérines, et pas seulement à l’adénomyose. Ces affections incluent les polypes de l’endomètre, qui sont des excroissances de la muqueuse utérine, et l’endométriose, qui fait référence aux cellules utérines se développant dans d’autres tissus.
Si votre médecin remarque un utérus douloureux et dilaté au cours de votre examen pelvien, il peut suspecter une adénomyose. Les tests d’imagerie, tels que les ultrasons et les IRM, peuvent également aider votre médecin à détecter les signes de la maladie. Pour écarter tout problème grave, ils peuvent recommander une biopsie (échantillon de tissu) de votre tissu utérin. Cependant, une biopsie n’aide pas à diagnostiquer l’adénomyose. Le seul moyen sûr de diagnostiquer l’affection consiste à examiner l’utérus après une hystérectomie (ablation chirurgicale de l’utérus).
 
Quel est le lien entre adénomyose et infertilité?
La plupart des preuves établissant un lien entre l’adénomyose et l’infertilité se limitent à des rapports de cas et à de petites séries de cas. Il existe également un risque de confusion dans ces études car l’adénomyose coexiste couramment avec d’autres processus pathologiques liés à l’infertilité, tels que l’endométriose, les polypes utérins ou le léiomyome. Il existe une association significative entre l’endométriose pelvienne et l’adénomyose, avec des estimations indiquant que cela se produit dans 54% à 90% des cas. Etant donné que l’endométriose est bien connue pour causer l’infertilité féminine. Il est possible que les conclusions d’infertilité soient dues à une endométriose concomitante plutôt qu’à une adénomyose. Cependant, une étude sur des babouins a montré une forte association entre adénomyose histologique et stérilité tout au long de la vie (multiplication par 20) même dans les cas d’exclusion de l’endométriose coexistante. Dans une étude portant sur des femmes ayant reçu un embryon créé par un don d’ovocytes, le risque de fausse couche étaient significativement plus élevés chez celles qui avaient une adénomyose.
Une méta-analyse récente a conclu que l’adénomyose avait un effet néfaste sur les résultats cliniques de la fécondation in vitro (FIV). Chez les femmes ayant subi une FIV, les taux d’implantation, de grossesse clinique par cycle, de grossesse clinique par transfert d’embryon, de grossesse en cours et de naissances vivantes chez les femmes atteintes d’adénomyose étaient significativement plus faibles que chez celles sans adénomyose. Le taux de fausse couche chez les femmes atteintes d’adénomyose était également plus élevé que chez les personnes sans adénomyose. L’une des variables confondantes de cette étude était l’âge, étant donné que les femmes atteintes d’adénomyose étaient plus âgées. Cependant, même après contrôle de ces facteurs de confusion à l’aide d’une analyse de régression, la différence significative existait toujours.
 
Comment l’adénomyose affecte-t-elle l’infertilité?
Les mécanismes d’infertilité chez les patients atteints d’adénomyose se concentrent sur les perturbations de trois voies présumées: le transport utérotubien, la réceptivité de l’endomètre et l’implantation du foetus. Chez les patients atteints d’adénomyose, le transport utérotubal est altéré en raison d’une distorsion anatomique intra-utérine qui bloque l’ostia tubaire et bloque potentiellement la migration spermique. Une hyperperistalsis utérine a été observée à l’échographie chez des patients atteints d’adénomyose en raison de la destruction de l’architecture myométriale normale. Ces ondes de contraction myométriale anormales entraînent un transport anormal des spermatozoïdes dans la cavité utérine et peuvent également entraîner une augmentation de la pression intra-utérine.
La réceptivité et la fonction de l’endomètre sont altérées par l’augmentation de la production d’œstrogènes provenant de l’aromatisation d’androgènes et par une altération de l’expression des récepteurs d’œstrogènes / récepteurs de progestérone. La réponse inflammatoire chez les femmes atteintes d’adénomyose est également plus accrue. Patients atteints d’adénomyose sévère chez qui l’implantation ont eu une densité plus élevée de macrophages. Cette augmentation de la densité des macrophages augmente ensuite la réponse inflammatoire intra-utérine et la libération d’espèces réactives de l’oxygène considérées comme embryotoxiques.
Enfin, une altération de l’implantation résulte d’un manque d’expression adéquate des molécules d’adhésion, d’une expression réduite des marqueurs d’implantation et d’une altération de la fonction du gène responsable du développement embryonnaire (HOXA10).

 

Ajouter un commentaire