KYSTE OVAIRE GAUCHE

KYSTE OVAIRE GAUCHE

Kyste ovaire gauche

Définition

Il s’agit d’une tumeur à composante liquidienne, développée au dépens d’un ovaire, de taille > 30 mm. Un kyste de l’ovaire est le plus souvent de nature bénigne.

Il s’agit d’une pathologie fréquente. Environ 5% des femmes développent un kyste de l’ovaire au cours de leur vie.

 

Classification

Les kystes ovariens sont tout d’abord subdivisés en kystes fonctionnels et en kystes organiques.

  • Les kystes fonctioneles: ces kystes sont les plus fréquents. Ils surviennent chez les femmes en période d’activité génitale. Les kystes fonctionnels sont dus à un « dérèglement hormonal » qui provoque la transformation d’un follicule ou d’un corps jaune physiologique en kyste. Par définition, ils disparaissent spontanément après les règles ou après un traitement médicamenteux hormonal. Un kyste fonctionnel de l’ovaire est un kyste bénin. La survenue de ce type de kyste est favorisée par un traitement inducteur de l’ovulation, par les contraceptions micro progestatives ou par le stérilet au Lévonorgestrel.
  • Les kystes organiques : ces kystes sont développés au dépends de l’épithélium de surface (tumeurs épithéliales de l’ovaire) ; du stroma spécialisé (tumeurs des cordons sexuels) ou des cellules germinales (tumeurs germinales de l’ovaire). Ces tumeurs sont le plus souvent bénignes, mais peuvent être à malignité limitée (tumeur border line de l’ovaire) ou malignes. Environ 5% des kystes organiques découverts avant la ménopause et 15% des kystes organiques découverts après la ménopause sont malins.
  •  

Classification des tumeurs organiques de l'ovaire

  • Tumeurs épithéliales de l’ovaire
    • Tumeurs séreuses (qui reproduisent un épithélium tubaire). Elles sont les plus fréquentes et représentent 90 % de l’ensemble des tumeurs ovariennes ;
    • Tumeurs endométrioïdes (qui reproduisent un épithélium endométrial) ;
    • Tumeurs mucineuses (qui reproduisent un épithélium endocervical) ;
    • Tumeurs de Brenner (qui reproduisent un épithélium para-malpighien) ;
    • Tumeurs à cellules claires (qui reproduisent un épithélium urinaire) ;
    • Tumeurs mixtes.
  • Tumeurs du stroma spécialisé Tumeur de la thèque
    • Tumeur de la granulosa ;
    • Tumeur de Sertoli ;
    • Tumeur de Leydig.

Ces tumeurs sont hormono-secrétantes.

  • Tumeurs de cellules germinales
    • Tumeurs issues des cellules d’origine : dysgerminome ;
    • Tumeurs dues à un développement extra-embryonnaire : choriocarcinome, tumeur du sinus endodermique ;
    • Tumeurs dues à un développement embryonnaire : polyembryomes, tératome immature, carcinome embryonnaire ;
    • Tumeurs dues à un développement adulte : tératome mature (kyste dermoïde). Elles sont les plus fréquentes et représentent 95 % de l’ensemble des tumeurs des cellules germinales.

Les tumeurs du tissu conjonctif (sarcomes) et les métastases ovariennes sont plus rares.

Les spécialiste fertilité féminine du groupe de phytothérapie AFRIQUE SANTE mettent à la disposition de leurs patients un traitement à base de meilleures plantes au monde pour soigner les kystes ovariens

Contacter directement nos experts :

Tel/whasapp : +33644661758

 

Signes cliniques – Symptômes

Les signes cliniques les plus fréquents sont :

  • Pesanteur pelvienne ;
  • Douleur pelvienne chronique ou aigue (lors d’une complication), plutôt unilatérale ;
  • Troubles du cycles menstruel : métrorragies, aménorrhée, dysménorrhée ;
  • Infertilité, stérilité ;
  • Troubles urinaires (par compression de la vessie), constipation (par compression du rectum) ;
  • Augmentation du volume de l’abdomen.

Mais souvent, les kystes ovariens sont découverts fortuitement, lors d’une échographie pelvienne de routine ou effectuée pour un autre motif.

 

Examen clinique

La palpation de l’abdomen retrouve parfois une masse pelvienne. Le toucher vaginal permet de retrouver une masse latéro-utérine, rénitente, indépendante de l’utérus, parfois prolabée dans le cul de sac de Douglas. Elle peut être plus ou moins volumineuse.

 

 

Les tumeurs du tissu conjonctif (sarcomes) et les métastases ovariennes sont plus rares.

Les spécialiste fertilité féminine du groupe de phytothérapie AFRIQUE SANTE mettent à la disposition de leurs patients un traitement à base de meilleures plantes au monde pour soigner les kystes ovariens

Diagnostic - Examens complémentaires

Echographie pelvienne avec Doppler

L’échographie, effectuée par voie abdominale et/ou par voie vaginale, permet de poser le diagnostic d’un kyste de l’ovaire. C’est l’examen d'imagerie de référence pratiqué en première intention. Elle précise le côté du kyste, sa taille, l’aspect de sa paroi, la présence ou l’absence de cloisons ou de végétations, la présence d’une composante solide ou liquide. Elle recherche la présence d’une ascite (épanchement liquidien intra abdominal).

Le caractère organique d'un kyste est évoqué devant :

  • la présence de végétations intra ou extra kystiques ;
  • un diamètre supérieur à 6 cm ;
  • la présence d’une composante solide ;
  • le caractère multiloculaire ;
  • la présence d’une paroi épaisse ;
  • la présence d’une vascularisation centrale au Doppler.

En cas de masse uniloculaire liquidienne pure de taille < 7 cm, l'échographie est suffisante pour caractériser la masse.

La terminologie échographique du groupe IOTA (International Ovarian Tumor Analysis Group) décrit les signes échographqiues des tumeurs ovariennes présumées bénignes.

Radiographie de l’abdomen sans préparation

Elle permet parfois de retrouver des calcifications pelviennes en cas de kyste dermoïde de l’ovaire.

IRM pelvienne

L’imagerie par résonance magnétique (avec injection de Gadolinium) est indiquée en deuxième intention, en cas de kyste indéterminé ou de taille supérieure à 7 cm de diamètre car l’échographie pelvienne est insuffisante dans ces cas.

Elle permet également d’orienter le diagnostic devant une suspicion d’endométriose pelvienne ou de kyste dermoïde.

IRM pelvienne : Kyste dermoïde ovarien gauche

L’IRM précise le côté du kyste, sa taille, l’aspect de sa paroi, la présence ou l’absence de cloisons ou de végétations, la présence d’une composante solide ou liquide. Elle permet également d’explorer le péritoine, l’épiploon, les aires ganglionnaires et l’atteinte éventuelle des organes de voisinage.

Les tumeurs du tissu conjonctif (sarcomes) et les métastases ovariennes sont plus rares.

Les spécialiste fertilité féminine du groupe de phytothérapie AFRIQUE SANTE mettent à la disposition de leurs patients un traitement à base de meilleures plantes au monde pour soigner les kystes ovariens

Contacter directement nos experts :

Tel/whasapp : +33644661758

 

Ajouter un commentaire