Fausse couche expulsion naturel

Fausse couche expulsion naturel

Le travail est le processus par lequel un fœtus viable, c'est-à-dire au bout de 28 semaines ou plus, est expulsé ou va être expulsé de l'utérus.

L'accouchement signifie la naissance réelle du fœtus.

Les critères suivants doivent être présents pour appeler cela du travail normal:

Expulsion spontanée,

d'un seul,

foetus mature,

présenté par vertex,

à travers le canal de naissance,

dans un délai raisonnable (pas moins de 3 heures ni plus de 18 heures),

sans complications pour la mère,

ou le fœtus.

Cause du début du travail (C'est inconnu, mais les théories suivantes ont été postulées)

NB: Que faire pour éviter les fausses couches ?
Voici le meilleur remède naturel pour éviter les fausses couches et vivre une grossesse paisible. Il est spécialement conçu pour les femmes qui ont déjà fait des fausses couches à répétition, ou pour celles qui sont enceintes et qui craignent de faire une fausse couche. Comment sa marche?
Notre remède naturel agit en augmentant la production de la progestérone. La progestérone est une hormone essentielle qui permet de préparer l’utérus à la nidation, puis au maintien de la gestation. Notre remède naturel multipliera par 100 la probabilité de mener votre grossesse à terme. Ce remède naturel est le secret pour empêcher les fausses couches. Même en cas de fausse couche à répétition, rassurez-vous ! Grâce à notre traitement naturel vous pouvez mener une gro.ssesse à terme assez facilement.
Pour découvrir notre remède naturel contre les fausses couches, cliquez sur l'image.

Traitement naturel fausses couches

 

Facteurs hormonaux

Théorie des œstrogènes:

Pendant la grossesse, la plupart des œstrogènes sont présents sous une forme contraignante. Au cours du dernier trimestre, davantage d'œstrogènes libres sont apparus, augmentant l'excitabilité du myomètre et la synthèse des prostaglandines.

Théorie du sevrage de la progestérone:

Avant le travail, il y a une baisse de la synthèse de la progestérone qui entraîne une prédominance de l'action excitatrice des œstrogènes.

Théorie des prostaglandines:

Les prostaglandines E2 et F2α sont de puissants stimulateurs de l'activité musculaire utérine. Il a été constaté que PGF2α était augmenté dans le sang maternel et fœtal ainsi que dans le liquide amniotique tard dans la grossesse et pendant le travail.

Théorie de l'ocytocine:

Bien que l'ocytocine soit un puissant stimulateur de la contraction utérine, son rôle naturel dans le déclenchement du travail est douteux. La sécrétion de l’enzyme oxytocinase du placenta est réduite à court terme en raison d’une ischémie placentaire entraînant une prédominance de l’action de l’oxytocine.

Théorie du cortisol fœtal:

Une augmentation de la production de cortisol par la glande surrénale fœtale avant le travail peut influer sur son apparition en augmentant la production d'œstrogènes du placenta.

Facteurs mécaniques

Stade prodromique (pré-travail)

Les manifestations cliniques suivantes peuvent survenir au cours des dernières semaines de grossesse.

Étagère:

Il tombe en avant du fond utérin, donnant l'impression que la partie supérieure de l'abdomen ressemble à une étagère en position debout. Cela est dû à l'engagement de la tête qui amène le fœtus perpendiculairement à l'entrée pelvienne dans la direction de l'axe pelvien.

Éclairage:

C'est le soulagement des symptômes de la pression abdominale supérieure tels que la dyspnée, la dyspepsie et les palpitations dues à:

descente au niveau du fundal après l’engagement de la tête et

mise en rayon de l'utérus.

Symptômes de pression pelvienne:

Lors de l'engagement de la présentation, les symptômes suivants peuvent apparaître:

Fréquence de miction,

ténesme rectal et

difficulté à marcher.

Augmentation des pertes vaginales.

Fausse douleur du travail:

Celles-ci se différencient des vraies douleurs du travail comme suit:

Vraie douleur du travail

Ordinaire. Irrégulier.

Augmenter progressivement en fréquence, durée et intensité. Ne pas.

La douleur est ressentie dans l'abdomen et irradie dans le dos. La douleur est ressentie principalement dans l'abdomen.

Dilatation progressive et effacement du col. Aucun effet sur le col.

Les membranes sont bombées lors des contractions. Aucun renflement des membranes.

Pas soulagé par les antispasmodiques ou les sédatifs. Peut être soulagé par des antispasmodiques et des sédatifs.

Début du travail

Il est caractérisé par:

Véritable douleur du travail.

Le spectacle:

Il s'agit d'un bouchon de mucus cervical expulsé teinté de sang de petits vaisseaux rompus à la suite de la séparation des membranes du segment utérin inférieur. Le travail commence généralement plusieurs heures à quelques jours après le spectacle.

Dilatation du col utérin:

Un col de l'utérus fermé est un signe fiable que le travail n'a pas commencé. Chez les multigravidés, le col de l'utérus peut laisser passer le bout du doigt avant le début du travail.

Formation du sac d'eaux antérieures:

Il fait saillie à travers le col et devient tendu lors des contractions utérines.

ÉTAPES DU TRAVAIL

Le travail est divisé en quatre étapes:

Première étape

C'est le stade de la dilatation cervicale.

Commence avec l’apparition de la véritable douleur du travail et se termine par une dilatation complète du col de l’utérus, c’est-à-dire 10 cm de diamètre.

Cela prend environ 10-14 heures en primigravide et environ 6-8 heures en multipara.

Deuxième étape

C'est le stade de l'expulsion du fœtus.

Commence par une dilatation cervicale complète et se termine par l'accouchement du fœtus.

Sa durée est d'environ 1 heure en primigravide et ½ heure en multipara.

Troisième étape

C'est la phase d'expulsion du placenta et des membranes.

Commence après l'accouchement du fœtus et se termine par l'expulsion du placenta et des membranes.

Sa durée est d'environ 10 à 20 minutes en primi et en multipara.

Quatrième étape

C'est le stade du relèvement précoce.

Commence immédiatement après l'expulsion du placenta et des membranes et dure une heure.

Au cours de laquelle une observation attentive du patient, en particulier des signes d'hémorragie post-partum, est essentielle. Le massage utérin de routine est habituellement effectué toutes les 15 minutes au cours de cette période.

Première étape

Causes de dilatation cervicale

Contraction et rétraction de la musculature utérine.

Pression mécanique exercée par le sac avant des eaux, si les membranes sont encore intactes, ou par la partie de présentation, si elles se sont rompues. Cela libérera davantage de prostaglandines qui stimulent les contractions utérines et l'effacement cervical.

La douceur du col de l’utérus survenue pendant la grossesse facilite la dilatation et l’effacement du col.

Mécanisme de dilatation cervicale

Chez les primigravides, le canal cervical se dilate de haut en bas, c'est-à-dire de l'os interne vers le bas jusqu'à l'os externe. Ainsi, sa longueur raccourcit progressivement de plus de 2 cm à un mince rebord de quelques millimètres en continu avec le segment utérin inférieur. Ce processus s'appelle l'effacement et est exprimé en pourcentage. Ainsi, lorsque nous disons que l'effacement est de 70%, cela signifie que 70% du canal cervical a été absorbé.

La dilatation du col utérin (os externe) commence après l'effacement complet du col utérin.

Chez multigravidas, l'effacement et la dilatation se produisent simultanément.

Dans la présentation et la position normales, la tête est bien appliquée sur le segment utérin inférieur, divisant le sac amniotique par la ceinture de contact en une partie postérieure des eaux postérieures contenant le fœtus et une préface située en dessous. Cela réduit la pression dans les précurseurs empêchant la rupture précoce des membranes. Après dilatation complète du col de l’utérus, l’arrière-garde et la préface deviennent un seul sac avec une pression accrue dans le sac de préances menant à sa rupture.

Phases de dilatation cervicale

Phase latente:

Il s’agit des premiers 3 cm de dilatation cervicale lente qui prend environ 8 heures chez les nullipares et 4 heures chez les multipares.

Phase active:

Il comporte 3 composants:

phase d'accélération,

pente maximale, et

phase de décélération.

La phase de pente maximale est la plus détectable et les deux autres phases sont de plus courte durée et ne peuvent être détectées que par un examen vaginal fréquent.

Le taux normal de dilatation cervicale en phase active est de 1,2 cm / heure chez les primigravidés et de 1,5 cm / heure chez les multipares. Si le taux est <1cm / heure, on considère qu'il est prolongé.

Deuxième étape

Livraison de la tête

Descente:

Il est continu tout au long du travail, en particulier au cours de la deuxième étape, et est causé par:

Contractions et rétractions utérines.

Les forces auxiliaires qui s'abaissent sous l'effet de la contraction du diaphragme et des muscles abdominaux.

Le déploiement du fœtus, c’est-à-dire le redressement de son corps dû aux contractions des muscles circulaires de l’utérus.

Engagement:

La tête s'engage normalement dans le diamètre oblique ou transversal de l'entrée.

Augmentation de la flexion:

Comme l'articulation atlanto-occipitale est plus proche de l'occiput que du sinciput, une flexion accrue de la tête se produit lorsqu'elle atteint le plancher pelvien selon la théorie du levier.

Une flexion accrue se traduit par:

Le diamètre sous-occipito-bregmatique (9,5 cm) passe par le canal utérin au lieu du diamètre sous-occipito-frontal (10 cm).

La partie de la tête du fœtus appliquée sur les voies maternelles ressemble à une balle ayant des diamètres longitudinal et transversal égaux à ceux du sous-occipito-bregmatique = bipariétal = 9,5 cm. La circonférence de cette balle est de 30 cm.

L'occiput rencontrera le plancher pelvien.

Rotation interne:

La règle est que la partie du fœtus rencontre le plancher pelvien en premier rotation en avant. Pour que son mouvement se fasse dans le sens des muscles élévateurs de l’anis (le principal muscle du plancher pelvien), c’est-à-dire vers le bas, vers l’avant et vers l’intérieur.

Lors du travail normal, l'occiput qui rejoint le plancher pelvien pivote d'abord d'un quart de cercle antérieur.

Extension: La région sous-occipitale se situe sous la symphyse, puis, par extension de la tête, le sommet, le front et le visage sortent successivement.

La tête est attaquée par 2 forces:

les contractions utérines agissant vers le bas et vers l'avant.

la résistance du plancher pelvien agissant vers le haut et vers l’avant de sorte que le résultat net soit vers l’avant, c’est-à-dire l’extension de la tête.

Restitution:

Après la livraison, la tête tourne de 1/8 de cercle dans le sens opposé de la rotation interne pour annuler la torsion produite par celle-ci.

Rotation externe:

Les épaules pénètrent dans le bassin avec un diamètre oblique opposé à celui précédemment atteint par la tête. Lorsque l'épaule antérieure rencontre le plancher pelvien, elle pivote antérieurement sur 1/8 de cercle. Ce mouvement est transmis à la tête de sorte qu’elle tourne de 1/8 de cercle dans le même sens de restitution.

Livraison de l'épaule et du corps

L'épaule antérieure est articulée au-dessous de la symphyse pubienne et avec une descente continue, l'épaule postérieure est délivrée d'abord par une flexion latérale des épines, suivie de l'épaule antérieure, puis du corps.

Troisième étape

Après l'accouchement du fœtus, l'utérus continue de se contracter et de se rétracter. Comme le placenta est inélastique, il commence à se séparer à travers la couche de spongios par l’un des mécanismes suivants:

Mécanisme de Schultze (80%)

La zone centrale du placenta se sépare en premier et le placenta est délivré comme un parapluie inversé de sorte que la surface fœtale apparaisse en premier suivie par les membranes contenant le petit caillot rétroplacentaire.

Il y a moins de perte de sang et moins de responsabilité pour la rétention de fragments.

Mécanisme de Duncan (20%)

Le bord inférieur du placenta se sépare en premier et le placenta est acheminé latéralement.

Il y a plus de risques de saignement et de fragments retenus.

La 3ème étape est composée de 3 phases:

Séparation placentaire.

Descendance placentaire.

Expulsion placentaire.

EFFETS PHYSIOLOGIQUES DU TRAVAIL

Sur la mère

Première étape:

effets minimaux.

Deuxième étape:

Température: légère hausse à 37,5oC.

Pouls: augmente jusqu'à 100 / min.

Pression artérielle: la pression artérielle systolique peut augmenter légèrement en raison de la douleur, de l’anxiété et du stress.

Œdème et congestion de la conjonctive.

Les blessures mineures: au canal de naissance et au périnée peuvent survenir en particulier chez les primigestes.

Troisième étape:

La perte de sang du site placentaire est de 100 à 200 ml et celle de la lacération ou de l'épisiotomie de 100 ml, de sorte que la perte de sang moyenne totale lors du travail normal est de 250 ml.

Sur le fœtus

https://www.gfmer.ch/Obstetrics_simplified/normal_labour.htm

 

Ajouter un commentaire