EPILEPSIE ET JEUX VIDÉOS

EPILEPSIE ET JEUX VIDEOS

Les "crises induites par le jeu vidéo" (VGS) sont préférables à "l'épilepsie du jeu vidéo" car il ne s'agit pas d'un syndrome. IL existe clairement une hétérogénéité dans les types de crises, les syndromes de crises, les facteurs de précipitation et de facilitation et les mécanismes sous-jacents.

Prévalence

L’une des formes les plus courantes d’épilepsie photosensible.

Âge au début : 7 à 19 ans (87% des patients).

Sexe : Les hommes prédominent probablement parce que plus d'hommes que de femmes jouent à des jeux vidéo.

Manifestations cliniques :

Les 2/3 souffrent de crises généralisées et la majorité d'entre eux souffrent de divers syndromes d'épilepsie généralisée idiopathique. Les tiers restants ont des convulsions occipitales avec ou sans photosensibilité. Les autres types de crises focales sont exceptionnels.

Facteurs précipitants

Jeux utilisant un moniteur vidéo entrelacé, de petits écrans à cristaux liquides portables et des jeux d’arcade à 70 Hz non entrelacés.

Il existe de nombreux mécanismes par lesquels les jeux vidéo peuvent provoquer des crises. Ce sont (1) la photosensibilité; (2) sensibilité du motif; (3) excitation émotionnelle et cognitive (excitation ou frustration); et (4) stimulation proprioceptive (mouvement / praxis).

La fatigue, le manque de sommeil et les jeux prolongés sont des facteurs facilitants.

Seulement 70% des patients présentant une VGS bien documentée sont photosensibles sur l'IPS. Chez l’autre tiers des patients, une IPS appropriée n’évoque pas de réponse photoparoxystique (PPR).

 Celles-ci appartiennent à:

Épilepsie généralisée idiopathique sans photosensibilité. Ces patients présentent différentes formes d'IGE avec crises convulsives spontanées et souffrent également de VGS. Les facteurs cognitifs et émotionnels semblent des agents provocateurs essentiels.

Épilepsie occipitale idiopathique: Ces patients ont des crises occipitales focales typiques avec des hallucinations visuelles aiguës, un déficit visuel ou les deux. L'EEG montre des pics occipitaux spontanés sans PPR.

Seuil bas aux crises: il s'agit de jeunes adultes plutôt que d'adolescents. Leur EEG est normal à tous égards. La VGS survient lorsqu'un certain nombre de facteurs facilitant la convulsion et de crises épileptiques se regroupent au moment de l'incidence. Ce sont la privation de sommeil, la soif, la faim, l'intensification mentale et émotionnelle, et le jeu prolongé de jeux vidéo passionnants et provocants. Chez ces patients, il est peu probable qu'un de ces facteurs de provocation soit suffisant en soi pour déclencher des crises, mais un certain nombre d'entre eux le sont également.

Épilepsie à motif pur sans photosensibilité: elle peut être extrêmement rare ou inexistante.

Options de gestion :

Éviter les facteurs précipitants et facilitants.Une évaluation clinique et EEG approfondie est nécessaire pour identifier les facteurs de déclenchement probables et permettre la formulation de directives individuelles. VGS ne doit pas être assimilé à la photosensibilité seule. 1/3 des patients atteints de VGS ne sont pas photosensibles. L’implication pratique en est que les conseils recommandés aux patients photosensibles n’aideront pas tous les patients qui font des crises en jouant à des jeux vidéo.

Contacter nos experts :

Tel/Whasapp :+33644661758

 

Ajouter un commentaire