Epilepsie chez l'enfant

Epilepsie chez l’enfant

Les experts d’AFRIQUE SANTE mettent à la disposition de leurs patients un traitement très efficace à base de meilleures plantes au monde pour réduire et éviter le plus possible les crises d’Epilepsie

Contacter nos experts , tel/Whatsapp : + 33644661758

Chez les enfants et les adolescents, l’épilepsie peut prendre des formes variées. Comme chez les adultes, on distingue des formes partielles et des formes généralisées. Chacune de ces deux formes d’épilepsie est elle-même divisée en formes dites « idiopathiques» et en formes dites « non idiopathiques ».

De plus, il existe d’autres formes d’épilepsie regroupées sous le terme de « syndromes épileptiques ». À chaque syndrome correspond un certain type de crises, d’anomalies de l’électroencéphalogramme, d’âge d’apparition et, souvent, une même réponse aux traitements et une même évolution.

LES EPILEPSIES INFANTILE 

Lorsqu’un enfant souffre d’épilepsie partielle, celle-ci est parfois dite « idiopathique bénigne », c’est-à-dire sans cause identifiable au niveau du cerveau.

Les plus fréquentes de ces formes d'épilepsie sont l'épilepsie à paroxysmes rolandiques et l'épilepsie occipitale bénigne précoce. Elles sont peu invalidantes et ne justifient pas de traitement dans la plupart des cas, sauf si elles sont trop fréquentes, si elles surviennent dans la journée, ou si elles perturbent la vie quotidienne de l'enfant.

Les autres épilepsies partielles de l’enfant, dites « non idiopathiques », peuvent être mises en relation avec une activité électrique anormale d’une région particulière du cerveau. Elles justifient la mise en place d’un traitement.
 

Chez les enfants, les épilepsies généralisées sont également :

  • soit idiopathiques (épilepsie myoclonique bénigne du nourrissonépilepsie absence de l'enfantépilepsie myoclonique juvénile et épilepsie grand mal du réveil),
  • soit non idiopathiques (épilepsie myoclono-astatique et syndrome de Lennox-Gastaut).

LES SYNDROMES EPILEPTIQUES CHEZ L’ENFANT :

Outre les formes décrites ci-dessus, les enfants épileptiques peuvent également souffrir d’autres formes de cette maladie. Par exemple, les spasmes infantiles (ou syndrome de West), le syndrome Pointes-ondes continues du sommeil, l’épilepsie myoclonique sévère du nourrisson (ou syndrome de Dravet) ou, également, l’état de mal épileptique (qui se caractérise par des crises durant plus de trente minutes ou qui se répètent sans reprise de conscience entre chacune d’entre elles).

L’EPILEPSIE AU QUITIDIEN CHEZ LES ENFANTS :

Chez les enfants, l'épilepsie ne doit pas devenir un handicap réduisant les occasions d'apprendre et de découvrir. Avec quelques adaptations, la vie quotidienne des enfants épileptiques peut être aussi riche que celle de tous les autres enfants.

Les enfants épileptiques

Les parents d’un enfant épileptique sont souvent très anxieux à l’idée qu’il fasse une crise en classe. Pourtant, les enfants dont l’épilepsie est contrôlée par un traitement peuvent suivre une scolarité normale. Un projet d’accueil individualisé (PAI) peut être mis en place pour définir la conduite à tenir en cas de crise et les adaptations nécessaires à l’intégration de l’enfant. Certains enfants épileptiques souffrent de difficultés scolaires dont les causes sont diverses : difficultés de concentration en lien avec la maladie ou avec les effets indésirables du traitement, difficultés psychologiques dues au sentiment d’être différent, difficultés relationnelles avec les autres enfants, etc. Une bonne coordination entre le médecin traitant, le médecin scolaire et l’enseignant est nécessaire, en particulier si les premières crises ont été observées à l’âge de l’apprentissage de la lecture (où la capacité à se concentrer est essentielle). Des séances d’orthophonie sont parfois prescrites par le médecin traitant pour faciliter l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Certains établissements peuvent prendre en charge des enfants présentant une épilepsie rebelle, avec difficultés intellectuelles, mais accueillent parfois également des enfants dont le niveau intellectuel est normal ou quasiment normal.

Les sports et les loisirs des enfants épileptiques

Les enfants épileptiques sont souvent exemptés de sport. À tort, car la maladie est généralement bien contrôlée par les traitements et n’empêche nullement la pratique d’une activité physique (pour autant qu’on respecte les conseils valables pour toutes les personnes épileptiques). En règle générale, la prudence s’impose lorsque le traitement est en phase d’ajustement ou lors d’un changement de traitement.

La télévision, l’ordinateur et les jeux vidéos ne nécessitent pas de précaution particulière, sauf chez les enfants souffrant d’épilepsie dite photosensible (provoquée par les variations rythmiques de la luminosité). Cette forme d’épilepsie reste rare : moins de 5 % des enfants sont touchés. Dans ce cas, il suffit de s’assurer que la pièce est suffisamment éclairée, que l’enfant ne « colle » pas son nez contre l’écran et qu’il fait des pauses régulières. Si l’écran se dérègle soudain, il suffit habituellement que l’enfant se cache un œil avec la main pour éviter une crise.

Partir en voyage avec un enfant épileptique

Les enfants épileptiques peuvent voyager sans restriction en respectant certaines précautions. Il faut toujours veiller à emporter suffisamment de médicaments, ainsi qu’une ordonnance permettant de justifier leur transport auprès des douanes et, éventuellement, de les acheter sur place. En cas de décalage horaire de plus de trois heures, le médecin indiquera la marche à suivre pour adapter progressivement les horaires de prise. Pendant un voyage, veillez à ce que l'enfant dorme suffisamment, le manque de sommeil ou des horaires irréguliers peuvent contribuer au déclenchement d'une crise. Certains enfants épileptiques sont sensibles au climat et souffrent de crises dans les pays où la température est constamment supérieure à 30 °C.

Prévenir les accidents domestiques des enfants épileptiques

Les enfants épileptiques peuvent se blesser au cours d’une crise de convulsions, en particulier dans la salle de bains, la cuisine ou les escaliers. Les chutes peuvent être aggravées par des brûlures accidentelles (par exemple contre un radiateur ou par un liquide brûlant).

La chambre d'un enfant épileptique peut nécessiter un aménagement spécifique : mobilier sans arêtes, literie basse, moquette épaisse, etc.

Pour les enfants épileptiques, les douches doivent être systématiquement préférées aux bains, même en eau peu profonde.

Les experts d’AFRIQUE SANTE mettent à la disposition de leurs patients un traitement très efficace à base de meilleures plantes au monde pour réduire et éviter le plus possible les crises d’Epilepsie

Contacter nos experts , tel/Whatsapp : + 33644661758

 

Ajouter un commentaire